Retour Lignes
Suivante
Précédente
LIGNES • SOUS-STATIONS
    LIGNE SOUS-STATION       LIGNE SOUS-STATION
FR 070 PARIS-EST - STRASBOURG CHÉZY-SUR-MARNE   FR 640 BORDEAUX-ST-JEAN - SÈTE AVIGNONET
FR 226 PARIS-NORD - FRONTIÈRE BELGE
[LGV NORD]
GONESSE   FR 650 TOULOUSE-MATABIAU - BAYONNE PORTET-ST-SIMON
FR 340 PARIS-ST-LAZARE - LE HAVRE
voir LIGNE D'AUTEUIL
PONT-CARDINET   FR 650 TOULOUSE-MATABIAU - BAYONNE MONTRÉJEAU
FR 420 PARIS-MONTPARNASSE - BREST GAZERAN   FR 830 PARIS-GARE DE LYON - MARSEILLE SAMOIS
FR 570 PARIS-AUSTERLITZ - BORDEAUX THIONVILLE   FR CHEMIN DE FER MÉTROPOLITAIN DE PARIS EN 1942 (prochainement) CMP
FR 570 PARIS-AUSTERLITZ - BORDEAUX ARMONVILLE   ES 100 MADRID PRÍNCIPE PÍO- IRÚN - FRONTIÈRE FRANÇAISE LAS MATAS
(MADRID)
FR 590 LES AUBRAIS-MONTAUBAN LE REPAIRE   ES 100 MADRID PRÍNCIPE PÍO- IRÚN - FRONTIÈRE FRANÇAISE LAS ZORRERAS
(MADRID)
FR 590 LES AUBRAIS-MONTAUBAN CAUSSADE   ES 130 VENTA DE BAÑOS - GIJÓN-SANZ CRESPO VILLAMANÍN
(LEÓN)
FR 640 BORDEAUX-ST-JEAN - SÈTE DIEUPENTALE   ES 300 MADRID CHAMARTÍN - VALENCIA NORD SOCUÉLLAMOS
(CIUDAD REAL)

“ En Europe, lors des premières grandes électrifications en courant continu, l'installation des sous-stations du Chicago-Milwaukee, réalisée en 1916, sert de modèle pendant longtemps : le poste extérieur comporte en général un double jeu de barres, avec tout l'appareillage correspondant, l'ensemble étant supporté par une masse importante de charpentes ; les disjoncteurs sont des appareils à gros volume d'huile, nécessitant beaucoup de place et un sérieux entretien ; une large place est faite aux engins de manutention pour les opérations d'entretien et de révision du matériel lourd, ce qui nécessite un réseau de voies, desservant les emplacements de disjoncteurs et de transformateurs , il y a souvent, à proximité, un hall de décuvage.

Quant au bâtiment, il est important ; les commutatrices ou les groupes de conversion moteur-générateur sont lourds et nécessitent de sérieuses fondations ainsi que des ponts roulants pour leur démontage, d'où un aspect de véritable centrale électrique. L'introduction des redresseurs à vapeur de mercure, beaucoup plus légers, permet d'apporter des simplifications dans la conception des sous-stations ; on voit apparaître les disjoncteurs à faible volume d'huile, ce qui entraîne une réduction importante des opérations d'entretien ; les disjoncteurs et les transformateurs, montés sur galets, commencent à être disposés le long de la voie d'embranchement pour pouvoir être roulés facilement sur wagon.

L'évolution de la technique de l'appareillage permet de réduire les charpentes ; après 1936, les sous-stations se simplifient, et la surface qu'elles occupent est de plus en plus réduite. Nous verrons que cette simplification sera activement poursuivie après la guerre mais, déjà, de 1920 à 1940, les surfaces sont divisées par deux, et les volumes par cinq ou six. On envisage même des sous-stations sur wagon, comme au Long-Island, en 1912. ”

Extrait de “ Histoire de la Traction électrique ” (*)

SOUS-STATION DE BELLEVUE - LIGNE 570 PARIS-AUSTERLITZ - BORDEAUX - PK 47
SOUS-STATION DE BELLEVUE
LIGNE PARIS-AUSTERLITZ - BORDEAUX • PK 47
RÉFÉRENCES